Quand confinement rime avec mission

« La valeur n’attend pas le nombre des années »

C’est ce que se sont dits quelques 70 prêtres férus de Bible, de théologie, de philosophie, de liturgie etc., et une dizaine d’évêques « intellos » réunis à Viviers en session de formateurs de séminaristes en juillet 2019, à l’écoute de la plus jeune des intervenantes : Isabelle Pélissié du Rausas, une étudiante de 24 ans, fondatrice 2 ans plus tôt avec son amie Dauphine Piganeau, des WEMPS (week-end mission prière service https://www.wemps.fr), une magnifique œuvre missionnaire en milieu rural.

Nullement impressionnée par notre docte assemblée, Isabelle témoignait avec audace et humilité du fruit des WEMPS, avec des centaines d’étudiants catholiques engagés sur plusieurs week-ends en rural, pour y soutenir la pastorale et l’évangélisation, et des paroisses rurales dynamisées par cette jeunesse. Admiratif, Mgr Michel Aupetit s’interrogeait : « Quel était mon engagement missionnaire quand j’avais 24 ans ? Je jouais de la guitare pour animer la messe, caché derrière un pilier, et je trouvais que c’était déjà pour moi le comble de l’audace missionnaire. » Cette Isabelle m’a aussi édifié, et même converti, lorsqu’après tout un jeu de questions-réponses entre elle et nous, prêtres et évêques, elle a simplement dit son étonnement de ce que personne d’entre nous ne l’ait interrogée sur le plus important pour elle… sa relation personnelle avec Jésus. Ayant rencontré Isabelle à nouveau au Congrès Mission 2019 à Paris, j’ai lu son livre Mission Isidore, témoignant de leur expérience avec Dauphine, bien convaincu qu’un jour, nous aurions recours aux WEMPS…

Ce jour est arrivé !

Lorsqu’avec l’annonce du 2ème confinement, est venue aux WEMPS l’idée de proposer aux étudiants de leur réseau de se confiner dans la paroisse prévue pour leur mission, le bouche-à-oreille entre ces jeunes (et au-delà) et entre paroisses liées aux WEMPS (et au-delà), a abouti à ce que des bénévoles plus ou moins en lien avec les WEMPS viennent vivre un « confinement missionnaire » à Conques (2), à Decazeville (4), à Capdenac-gare (6), à Figeac (7), et dans près d’une cinquantaine de paroisses rurales en France.

Le projet en cours

Pendant le confinement, la paroisse Notre-Dame d’Olt & Diège accueille donc 6 « confinés-missionnaires » – tous testés négatifs au covid 19 à leur arrivée à Capdenac-gare – au presbytère (place du 14 juillet) : Adé­laïde, Emma­nuel, Pascale, Gabriel, Xavier et Claire, aux ta­lents multiples, musicaux, informatiques, pé­dago­giques, bibliques, manuels, littéraires, en « com », missionnai­res, en service à la personne… pour divers services d’Église au carrefour de leurs désirs d’évangéliser et des besoins du territoire de la paroisse.
Les contraintes du confinement limitent certes leur champ d’action, mais leur permettent :

  • de vivre avec moi une vie communautaire de service et de prière, qui permet que je puisse célébrer avec eux la messe quotidienne aux intentions de la paroisse ;
  • de participer à divers services d’animation, de soutien scolaire, de pastorale… au sein et avec l’accord des établissements de l’enseignement catholique ;
  • d’aider à la préparation et à la célébration des obsèques ;
  • de favoriser des temps de prière personnelle pour ceux qui passent à l’église Notre-Dame des Voyageurs, qui reste ouverte pendant le confinement [point 4 de l’attestation de déplacement dérogatoire : « motif familial impérieux »] ; par exemple le Saint Sacrement y sera exposé durant la matinée du samedi 21 novembre, tandis que j’y accueillerai ceux qui veulent recevoir le sacrement de la réconciliation ;
  • de visiter à domicile ceux qui le demandent pour… y porter la communion, installer et former à la visio-conférence, rendre divers services en suppléance du prêtre ;
  • d’aider à divers services ponctuels au centre paroissial (manutention, saisie informatique, rangement, bricolage, multimedia…).

N’hésitez-pas à les solliciter (via 06 12 31 46 00) pour les quelques jours qui viennent !

Une présentation vidéo rapide des 6 « confinés-missionnaires » se trouve sur https://bit.ly/isidore-capdenac

Témoignages

Adélaïde

A Paris depuis plusieurs années, je travaille aujourd’hui à des projets de transformation des entreprises. Ce qui compte le plus pour moi c’est de favoriser le développement des personnes et des projets.

Pour moi, ce 2nd confinement est une nouvelle occasion de vivre sa foi autrement ! La mission Isidore à la paroisse de Notre Dame d’Olt et de Diège me permet d’expérimenter concrètement la vie en communauté. Cela nécessite un peu d’organisation, une attention et une liberté laissées à l’autre. Nous avons chacun une personnalité et une histoire propre : on apprend à se connaître et à s’écouter, à vivre ensemble chrétiennement.

De ces premiers jours à Capdenac, j’ai croisé beaucoup de sourires et de convivialité : à la boulangerie, à l’école, au collège, parmi les bénévoles ! Au collège Saint Louis règne beaucoup de simplicité et d’énergie positive notamment dans les projets des mini-entreprises. Avec Claire, nous avons observé des entretiens de recrutement avec des élèves de 3ème par des élèves de 3ème : génial à leurs âges !

Claire

Je m’appelle Claire et je travaille à Paris dans l’entrepreneuriat. Je gère un site internet qui propose des circuits de visites guidées très variées à Montmartre et avec ma petite équipe, nous proposons notamment des visites chrétiennes à destination des collèges privés dans le cadre de journées pastorales.

Ce confinement missionnaire est une belle opportunité de vivre en groupe, de partager, de prier ensemble, de cuisiner, de réfléchir à l’avenir, c’est un temps humain et spirituel béni et très fort pour lequel je rends grâce au Seigneur notre Dieu !

Je peux mettre ici mes compétences en informatique de gestion et en pédagogie au service de la mission.
J’aimerais aussi participer aux appels des anciens paroissiens et prier pour eux.

Cette mission donne déjà l’occasion de participer au soutien scolaire des élèves de 6ème du Collège Saint Louis et aux entretiens de la mini-entreprise avec les élèves de 3ème, une belle aventure humaine à deux pas du presbytère !

Gabriel

Jeune français catholique vivant à Saint Germain-en-Laye, en banlieue parisienne, je suis en recherche de travail au service du Bien Commun dans l’associatif et l’Economie Sociale et Solidaire, après une formation commerciale et en action sociale. Profil artistique, où j’ai beaucoup entrepris, dans la musique et l’écriture principalement, je pratique beaucoup le sport. J’essaie de faire de même avec ma foi qu’on m’a transmis dès la plus tendre enfance. Et que j’ai conservée et fortifiée au fil du temps.

J’ai aujourd’hui conscience du déclassement de la ruralité, de la France périphérique, dans ses aspects matériels et spirituels et de l’urgence de témoigner de l’Evangile dans notre monde qui tourne à l’envers. C’est pourquoi j’ai répondu à l’appel de la Mission Isidore en cette période particulière de confinement.

Nous sommes six plus le père Raphaël à partager notre quotidien à Capdenac et à œuvrer sur le territoire de la paroisse Notre Dame d’Olt et Diège. Nous resterons au moins jusqu’au 1er décembre.

Je suis le trésorier de la mission, j’ai le projet d’aider aux travaux extérieurs tels que le jardinage, à faire de l’aide scolaire à domicile et à participer à des interventions à l’école. J’aimerais contacter des baptisés et des anciens paroissiens pour les ramener à la paroisse. Je souhaite aussi participer à la vie paroissiale en attirant ceux qui viennent au marché du samedi à l’Adoration.

Pascale

A Lyon depuis 5 ans, je travaille depuis 2 ans comme auxiliaire de vie auprès des personnes âgées.

La mission des week-end missionnaires en milieu rural répond à mon désir d’être au service d’une paroisse dans ce qu’elle vit au quotidien.

Je découvre la paroisse de Notre Dame d’Olt et Diège, où je participe à la prière du chapelet, les obsèques, l’adoration ainsi que différents travaux manuels et de jardinage.

En recherche vocationnelle d’une vie contemplative, j’apprécie de vivre ici une vie fraternelle avec ses hauts et ses bas, ancrée sur la prière dans la simplicité du quotidien. La présence discrète de Marie y est très inspirante.

Emmanuel

Je m’appelle Emmanuel, je viens de Paris, j’ai 25 ans. J’ai un peu d’expérience dans la mission d’évangélisation, notamment parce que j’ai fait une année à l’école de vie Jeunesse Lumière [dans le Tarn]. Je suis quelqu’un qui aime la vie à la campagne, et suis sensible au charme des petites villes. Et ici, à Capdenac et aux villages alentours, c’est décidément très charmant.

Je trouve que notre point fort sur cette mission est la qualité des relations que nous avons dans l’équipe des Wemps [w.e. mission prière service]. Cela forme un véritable esprit de communauté, et c’est le cœur d’un témoignage pour ceux qui ont soif de joie, d’amitié et de profondeur.

N’hésitez pas à passer nous voir !
La bénédiction du Seigneur soit avec vous.

Xavier

De retour d’Amérique du Nord temporairement et dans l’attente d’un visa pour y retourner, la fermeture des frontières due à la crise du coronavirus m’a surpris et mis dans l’embarras. Mais à toute chose malheur est bon et le Seigneur sait faire feu de tout bois pour susciter des propositions qui sont sources de grâce. Tout en travaillant à distance et en préparant un plan B, je suis venu pour vivre une vie communautaire, avoir une vie de prière et mettre diverses compétences au service de la paroisse dans un milieu rural où les besoins sont multiples.

Ingénieur en informatique de formation initiale, j’ai également un MBA (master en gestion des entreprises) et des expériences atypiques complémentaires à mon parcours professionnel : une expérience en fraternité et école d’évangelisation, un travail pour la fondation d’une école d’éthique et d’anthprologie chrétienne… Mais ce que je peux avoir à donner est bien peu à côté de ce que je reçois et de ce qui m’est donné de vivre pour grandir comme personne, chrétien et même professionnel. L’accueil et les sourires à Capdenac et à la paroisse sont formidables !

A la paroisse, j’aide au niveau informatique pour de la communication ou pour que des personnes agées aient ce qu’il faut pour rester connectées à la paroisse, à l’animation des messes, à la préparation et à la conduite d’obsèques, à la manutention pour des projets de rangement et d’aménagement… Mais avant « de faire », on essaye « d’être » et de se laisser « conduire » en étant à l’écoute de Dieu et des autres. Pour cela la prière aide. Nous proposons une matinée d’adoration le samedi matin. On s’y retrouve ?