Quid de la liberté de conscience ?

Avec l’épreuve scientifique du baccalauréat 2005 pour les 1ères littéraires invitant à « Dégager des arguments en faveur de l’autorisation légale de l’IVG en France », considérer l’avortement comme un mal, et ne serait-ce qu’en débattre, seraient-ils considérés par l’Etat comme une aberration ? Vous trouverez en cliquant ICI de plus amples informations, ainsi que des moyens pour réagir à ce totalitarisme intellectuel, à cette pensée unique imposée aux candidats bacheliers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *