Réaction à un message sur facebook

En réponse à un lycéen écrivant sur son « mur » sur facebook :

« La vie pose le problème du poids de la fatalité inhérente à toutes destinées humaines. La confrontation avec l’absurde condamne l’homme à être la victime du hasard. »

Aux mots fatalité, destinée, absurde, victime, hasard… je préfère ceux-ci :
liberté : détermination de soi pour ce qui est vrai, bon et beau, non pas contre mais en tenant compte de ce qui me conditionne ;
vocation : réponse à un appel personnel venant de plus loin que de moi-même ;
sens : a priori de confiance en la cohérence de mon histoire, fût-elle perçue après coup ;
sujet : personne, susceptible de consentir – ou pas – au statut de victime ;
mystère : non ce qui est incompréhensible, mais ce dont notre compréhension toujours croissante ne saurait épuiser la richesse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *