Nature humaine 2 (biologique)

Une première approche

Invoquer l’unité biologique de l’espèce humaine est un point de départ « naturel » pour parler de nature humaine en tant que totalité ordonnée, une et distincte des autres espèces vivantes. Pour cela, il n’est pas besoin d’un ancêtre originel pour fonder l’unité de l’espèce humaine : même si les théories génétiques de la paléontologie s’orientent vers l’hypothèse d’un ancêtre unique, il suffit de ne remonter que de deux siècles pour que par alliance, ascendance ou descendance, les arbres généalogiques de tous les hommes soient reliés latéralement en une seule famille humaine ; confirmation d’une heureuse nouvelle : nous sommes tous frères ! Même si certains philosophes du XVIIIème siècle poussés par l’intérêt ambiant pour la biologie et la recherche de croisements et de races hybrides, ont pu se livrer à certaines outrances – ainsi d’un Locke affirmant que l’homme et le singe peuvent procréer ensemble, ou Fabricius, que les noirs résultent de l’accouplement d’un homme blanc et d’une guenon – en réalité, l’autarcie de reproduction de l’espèce humaine est bien un fait : la biologie des hommes leur est bien spécifique ; elle les distingue des autres êtres vivants et elle les caractérise, même si cette caractérisation n’est pas exhaustive. Ainsi, on ne peut suivre complètement Malson lorsqu’il écrit que « le système de besoins et de fonctions biologiques, légué par le génotype à la naissance, apparente l’homme à tout être animé sans le caractériser, sans le désigner comme membre de « l’espèce humaine ». »[1] L’unité biologique est au contraire un caractère originel et universel qui permet de poser l’existence d’un ordre distinctif concernant tous les hommes et rien qu’eux, et partant, d’une nature humaine.

Cependant cette dernière ne peut s’y confondre sous peine de réduire l’homme à son animalité, avec le risque de déboucher sur des doctrines racistes comme celle de Gobineau rejetant les mélanges inter-raciaux en affirmant la stérilité des hybrides (1853), ou de projets d’eugénisme ou de manipulation de l’espèce humaine pensés à la même époque et mis en oeuvre au XXème siècle aussi bien dans les camps nazis que sur les foetus humains aujourd’hui [2].

Penser la nature humaine, ce n’est donc pas seulement identifier quelques caractères propres des hommes dont ceux de la biologie feraient partie, mais tout ce qu’il y a de spécifiquement humain dans l’homme, ce qui lui en est le principe. Le flou de la notion exige alors une analyse de la notion de nature, en examinant d’abord ce qu’elle est en tant qu’objet de connaissance, c’est à dire le lien qu’il y a entre elle et la réalité qu’elle prétend viser.

<< 1 3 >>

[1] Les enfants sauvages, Lucien MALSON.

[2] On trouve décrit dans Pour en finir avec l’antisémitisme, Jakez CHILOU, Monique-Lise COHEN, 1995, p. 35-40, le lien entre les premières tentatives de manipulation de la vie au XVIIIème siècle, les doctrines racistes du XIXème siècle et les pratiques nazies.

2 thoughts on “Nature humaine 2 (biologique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *